Quartiers et collines de San Francisco

Comme toutes les grandes villes du monde, San Francisco a ses quartiers. Le nom de certains est lié à l'Histoire, ou à une anecdote, beaucoup portent le nom d'une colline ou d'une hauteur, Hill or Heights. Un au moins s'attache à un vallon, Cow Hollow, le Trou aux Vaches.

Le compte des collines ne semble jamais juste : peut-être à une époque y en eut-il sept, comme dans la Rome antique. On en compterait aujourd'hui plus de quarante. Si certains noms ont manifestement trait à un relief marqué, on sent chez d'autres l'influence des promoteurs immobiliers.

En voici quelques uns :

Tenderloin Telegraph Hill North Beach Fisherman's Wharf Embarcadero Russian Hill Nob Hill Chinatown South of market South Beach Pacific Heights Western Addition Marina West Portal Castro Mission Potrero Hill Haight Ashbury Financial Richmond Golden Gate Heights Sunset Twean Peaks Bernal Heights Hunter's Point Rincon Hill Embarcadero Chinatown Financial South of Market Rincon Hill south Beach Potrero Hill Hunter's Point Fisherman's Wharf Tenderloin Marina Pacific Heights Western Addition Richmond Sunset Haight Ashbury Golden Gate Heights Twin Peaks West Portal Bernal Heights telegraph Hill North Beach Castro Mission Russian Hill Nob Hill Golden Gate Park Presidio plan de San Francisco
Golden Gate Park
Presidio


1_2 Telegraph Hill - North Beach

3_4_13 Fisherman's Wharf - Embarcadero - Marina

5_ Russian Hill - Nob Hill

7_ Chinatown

8_ Tenderloin

Tenderloin, c'est le filet. Ni le filet à provisions, ni à papillons, ni celui du pêcheur mais le filet de boeuf ! Curieux nom pour le quartier d'une ville... L'endroit, depuis longtemps, est fréquenté par une faune peu recommandable. Que, dans la police, les volontaires pour y travailler eussent été rares, ou que l'on ait voulu éviter la corruption, les patrouilles y étaient mieux rétribuées que celles des quartiers plus tranquilles : les policiers du Tenderloin pouvaient s'offrir de la bonne viande ! Aujourd'hui encore, bien que beaucoup d'émigrés vietnamiens y aient ouvert des commerces et contribuent à y rétablir calme et dignité, ont voit dans les rues d'étonnantes quantités de clochards, drogués et leurs fournisseurs, et des prostituées : les petits bars, dit-on, sont assez typiques ! Le seul monument digne d'intérêt, au 650 Geary, est le théâtre de l'Alcazar, de style "byzantin", qui donne encore quelques représentations.

Au nord de Market Street, Tenderloin est adjacent au Civic Center, où se trouvent mairie, bibliothèque municipale, opéra et divers auditoriums, ainsi que nombre de magasins et de restaurants.

9_10_ SoMa - South Beach

11_ Pacific Heights - Presidio Heights - Cow Hollow

Les dunes de sable où fut bâti Pacific Heights, entre Russian Hill, Nob Hill et le Presidio, ne furent aisément accessible qu'à la fin des années 1870, grâce à l'arrivée du Cable Car : le quartier grandit avec ses voies ferrées.

L'incendie de 1906 détruisit la plupart des demeures de Van Ness Avenue. Leurs propriétaires les rebâtirent sur Broadway, et ne souhaitèrent pas d'une ligne funiculaire devant chez eux : moins gênés par les pentes qu'elles ne l'avaient été à Nob Hill, voitures à cheval ou premières automobiles permirent aux opulents de ne plus se mêler à la populace du Cable Car.

Entre Van Ness et Presidio d'est en ouest, Vallejo et Pine du nord au sud, Pacific Heights ne domine pas l'océan mais la Baie, le pont du Golden Gate, Marin Headlands et Alcatraz. Grâce à cette vue, et aux belles demeures victoriennes construites après le séisme, c'est l'un des quartiers les plus chers de la ville, décor de prédilection des metteurs en scène lorsqu'ils veulent situer l'action au sein des couches supérieures de la société. Plusieurs consulats sont d'ailleurs installés à Pacific Heights.

Au 2007 Franklin, on visite Haas-Lilienthal House, une maison victorienne bâtie en bois de redwood en 1886, typique de la fin du XIXme siècle. Simple demeure des classes moyennes, elle n'a que 1 000 m2 couverts : terrain compris, elle avait coûté 31 000 dollars, une belle somme lorsqu'on pense qu'un ouvrier vivait avec quelques dollars par jour.

Spreckel's Mansion, au 2080 de Washington Street, a cinquante-cinq pièces ! Cette petite folie fut bâtie en 1913, par Adolf Spreckels pour sa jeune épouse. Il construisit plus tard le Palais de la Légion d'Honneur. La maison du film Mrs Doubtfire se trouve à l'angle de Broadway et Steiner.

Spreckels Mansion   Spreckels Mansion

Spreckels Mansion (09/04)

C'machin là... c'est pas pour les pauvres ! (09/04)

Le fin du fin est à l'ouest : Presidio Heights offre en même temps de belles vues sur le parc et la baie. Pour y vivre, deux conditions suffisent : être assez riche et trouver une maison disponible ! L'endroit le plus charmant ? Peut-être l'escalier qui descend de l'intersection de Broadway et Lyon vers le Presidio.

Au nord de Pacific Heights, le nom de Cow Hollow rappelle le temps où les occupants étaient des vaches laitières.

12_ Western Addition

En 1855, le maire James Van Ness confirma les titres de propriété à l'ouest de l'avenue qui porte aujourd'hui son nom : le décret déclencha une vive avancée de la ville vers l'ouest, d'où le nom de Western Addition.

Diverses races s'y côtoient : un "village" japonais, Nihonmachi, centré sur Post Street, entre Laguna et Webster, y occupe deux hectares et offre quelques classiques, comme le jardin de l'hôtel Radisson Miyako et les masseuses professionnelles des Kabuki Hot Springs. Au delà de la vitrine que constitue le village, seuls 4% de la population d'origine nippone de San Francisco vivent dans Nihonmachi. Billie Holiday et Charlie Parker firent leurs débuts ici, dans les clubs de jazz locaux. Revenus et statuts sociaux sont aussi divers que les origines ethniques.

Post Street

Post Street, en caractères nippons (09/04)

Au nord d'Alamo Square, dans Fulton, six maisons victoriennes mitoyennes, presque identiques, bariolées de couleurs vives, sont nommées "Painted Ladies" : souvent attribuées à Haight-Ashbury, elles font partie du circuit touristique. Le seul monument qui paraisse digne d'intérêt est la cathédrale Saint Mary. Ce bâtiment ultramoderne a été surnommée "Notre Dame de Maytag" : elle fait penser certains à l'agitateur d'une machine à laver de la marque.

Painted Ladies Painted Ladies

Les fameuses "Painted Ladies" ont été repeintes de couleurs plus sobres, mais autour de la place, d'autre maisons conservent la tradition (09/04)
Alamo Square   Notre Dame de Maytag


Notre Dame "des machines à laver" (09/04)

14 _ West Portal

Ca faubourg naquit le 3 février 1918, lorsque s'ouvrit le tunnel ferroviaire sous Twin Peaks : les promoteurs avaient utilisé le temps du percement pour installer les premiers lotissements. Les commerces suivirent trois ans plus tard. Les rues furent pavées au cours des années 1930.

Zone commerciale, West Portal agit comme une articulation entre le centre ville et les quartiers résidentiels de l'ouest des collines. Le campus de la San Francisco State University s'y trouve.

A l'inverse, au sud de West Portal, les commerces sont bannis de Saint Francis Wood, résolument résidentiel, avec des rues larges et sinueuses entre pelouses et bosquets : ses habitants se déclarent parmi les plus heureux de la ville.

15_16 Mission - Castro

17_ Potrero Hill

Potrero Hill est une colline typique de San Francisco, raide et peuplée. Au sommet, Vermont Street, si elle était plus connue, ferait concurrence à Lombard Street pour le titre de "rue la plus tortueuse". Peut-être verrez-vous, du haut de la colline, surgies de la nappe blanche d'un brouillard bas sur l'eau, les gratte-ciel du Downtown et les piles de Bay Bridge, éclairés d'un grand soleil.

Vermont Street Vermont Street

Vermont Street (09/04)

La colline, partie d'un ranch mexicain, fut occupée dès l'arrivée des chercheurs d'or. Raffinerie de sucre, entreprises métallurgiques, chantiers navals s'installèrent à ses pieds, mais les pentes restèrent aux logements. Entourée de zones industrielles en partie désaffectées, enclavée entre deux grandes voies de circulation, Potrero Hill semble un peu isolée du reste de la ville.

La brasserie Anchor est dans Mariposa : elle est la seule restante d'une douzaine, établies entre la ruée vers l'or et la prohibition. Son premier fut de bière date des années 1850 ; la marque fut créée en 1896. Après diverses péripéties, Anchor s'installa à son emplacement actuel en 1979. On la visite, et on déguste.

La brasserie Anchor   portail orné de dragons

La brasserie Anchor. Un temple de la bière ? (09/04)

En face de la brasserie, ne manquez pas l'église et son portail orné de dragons, qui semblent venus tout droit d'un film de Disney ! (09/04)

Le climat de Potrero Hill est réputé agréable, c'est-à-dire moins affecté par le brouillard que le reste de la ville. Les habitants en sont aisés.

18_ Haight Ashbury

19 _ Financial

Le 10 mai 1848, ses habitants incrédules virent un énergumène dévaler Montgomery Street. Il agitait une bouteille remplie de paillettes d'or et criait : "De l'or ! De l'or ! De l'or de l'American River !". Sam Brannan lançait la ruée vers l'or !

Montgomery Street

Montgomery Street. Elle a sans doute changé depuis l'époque où Sam Brannan la descendit en courant, sa bouteille d'or à la main, mais s'il recommençait, combien partirait de nouveau vers les placers ?

Ce centre historique de la ville est devenu son quartier financier, parfois surnommé "Wall Street of the West", au point qu'une sculpture de granite noir, devant l'entrée de la Bank of America, est surnommée le "Coeur du banquier" ! Pourtant, l'endroit fit longtemps partie de Barbary Coast, où rivalisaient beuglants et maisons de passe.

la tour Transamerica

L'architecture parasismique de la tour Transamerica (09/04)

Ses gratte-ciel ne sont pas seuls à s'élever vers le firmament : un bosquet de redwoods, soigneusement entretenus, a été planté au pied oriental de la pyramide Transamerica. Une place aux magasins d'antiquités, un marché des fermiers mettent un peu d'humanité dans ce district, où vivent quelques centaines de familles.

la tour Transamerica   la tour Transamerica

A l'ombre des redwoods, des musiciens animent le déjeuner du vendredi (09/04)

Loin au-dessus des maisons traditionnelles de North Beach (09/04)

Union Square est dans Financial. Une simple dune, devenue parc public en 1850, servait de lieu de réunion aux fidèles à l'Union : le parc y gagna son nom. Son aspect contemporain date de 1951 : une place longue de 74 mètres, entourée de marches et de bancs où viennent s'asseoir les riverains. Seul décor, la statue d'Alma de Bretteville, juchée une colonne corinthienne, se dresse au milieu du square. Les artistes de rue exercent leurs talents aux angles de la place et, souvent, Union Square est le siège de concerts et d'expositions.

Alma de Bretteville   Union Square

La belle Alma, à qui l'on doit le Palais de la Légion d'Honneur (09/04)

Union Square (09/04)

C'est aussi le centre du commerce de luxe. Dans les rues adjacentes, toutes les grandes marques internationales sont représentées : Chanel, Hermes, Christofle, Cartier, Mont Blanc, Dunhill, Burberry's... Louis Vuitton vend des T-shirts à plus de cent dollars (faut-il être snob !) et, à la boutique Levi's Strauss, vous pourrez acheter votre denim certainement beaucoup plus cher que dans un Western Wear rural... Mais il viendra de Union Square !

Macy's, avec ses huit étages, est l'équivalent de nos grands magasins. De nombreuses galeries d'art sont également installées dans les parages, mais les loyers très élevés ont contraint les moins riches à déménager.

Un spectacle plus prosaïque, tout aussi intéressant, et beaucoup plus rare que celui de ces magasins, est la plaque tournante du Cable Car, à l'angle de Powell et Market, où les chauffeurs poussent leur voiture pour lui faire faire demi-tour.

20_ Richmond

Le nom de Richmond viendrait d'un Australien, à qui les dunes où s'installèrent les premières cabanes rappelaient son pays natal. Perdues entre les logements plus modernes, quelques maisonnettes bâties avant 1906 sont toujours visibles.

Lorsque les Chinois débordèrent de Chinatown, beaucoup vinrent s'installer ici : les plages étaient déjà les camps de base où leurs compatriotes vivaient de la pêche. Après la Première Guerre Mondiale, ils furent suivis de Russes et d'Irlandais, puis de Japonais après la Seconde. Les restaurants portent la marque de ce mélange et proposent des plats birmans, thaïlandais, chinois, vietnamiens, italiens, mexicains, russes... et même français ! Les restaurants asiatiques se concentrent sur Clement Street, considérée comme la Chinatown bis. Commerces et animation se raréfient en allant vers l'ouest : le brouillard, surtout les jours d'été, apparaît souvent en milieu d'après-midi, de plus en plus dense et fréquent lorsqu'on s'approche de la côte... Quand il n'était pas là, déjà, de bon matin !

Au sommet d'une falaise basse, au bout de Geary Boulevard, Cliff House a une vue ineffable sur des kilomètres d'Ocean Beach et la côte. Trois bâtisses se succédèrent ici, les deux premières détruites par des incendies. Toutes possédaient un restaurant, les deux premières un hôtel.

Adolph Sutro, venu d'Allemagne, avait commencé sa fortune dans les mines de Virginia City. Installé à San Francisco, il augmenta ses avoirs par des opérations immobilières et fut maire de la ville le temps d'un mandat. Il construisit la seconde, ainsi qu'une ligne de chemin de fer pour y attirer le public. C'était une énorme bâtisse de cinq étages, dominée par une tour dont la flèche s'élevait soixante mètres au-dessus de la mer : l'immeuble semblait écraser la falaise ! Elle brûla en 1907. La fille de Sutro construisit le bâtiment actuel, deux ans après l'incendie.

Une centaine de mètres au large, un gros rocher, nommé Seal Rock, servit longtemps de dortoir aux lions de mer, et de perchoir aux oiseaux. Les phoques semblent avoir reporté leur dévolu sur les jetées flottantes de Pier 39, à la grande joie des touristes qui les voient de plus près. Ce déménagement eut lieu après le séisme de 1989 : peut-être ces pinnipèdes venaient-il seulement de réaliser que la faille de San Andreas passe quelques encablures àpeine au large de leur rocher.

A l'extrémité de Geary Boulevard, juste sous un belvédère, se trouvent les ruines de Sutro Baths. Cet établissement balnéaire, créé par Sutro en 1886, possédait six piscines couvertes, d'eau de mer et d'eau douce, maintenues à différentes températures, plus de cinq cents cabines, trois restaurants, des galeries d'Histoire Naturelle, d'art, de cultures étrangères et un amphithéâtre de 3700 places. Déjà, des toboggans aquatiques faisaient partie des attractions. Les piscines, au moment des marées, pouvaient être vidées ou remplies en une heure. Sutro Baths reçut jusqu'à 25 000 personnes dans la même journée. Déficitaire, l'établissement ferma en 1937, se délabra lentement, et fut démoli en 1960 pour être remplacé par des appartements : ceux-ci ne furent jamais construits !

Un "Visitor Center", à la terrasse inférieure de Cliff House, raconte l'Histoire de Cliff House et Sutro Baths.

Sutro Baths

Les ruines de Sutro Baths (06/02)

China Beach, dans le creux de la côte au-dessous de Seacliff, est l'un des rares endroits de San Francisco où, malgré les courants de marée, l'on peut se baigner sans grand risque. L'eau y est si froide que la plupart des nageurs portent une combinaison. Au sud, Ocean Beach se prolonge jusqu'à Fort Funston. A l'extrémité occidentale du Presidio, Baker Beach est nudiste en sa partie nord. Les baignades y sont réputées dangereuses, à cause des forts courants, mais on y a de superbes vues sur Marin Headland et le Golden Gate. La batterie Chamberlain, toute proche du pont de la Porte d'Or, remise en service avant la Deuxième Guerre Mondiale pour défendre le Golden Gate contre une attaque des Japonais, exhibe toujours un canon de 150 mm, monté sur un affût rétractile destiné à le dissimuler à l'ennemi japonais.

En pointe entre le Presidio et Lincoln Park, Sea Cliff est un lotissement de belles maisons tranquilles et protégées, avec de belles vues sur l'océan, les plages, et les collines de Marin Headlands.

21_ Golden Gate Heights

Au pied du Mont Sutro, Golden Gate Heights est perché au flanc d'une colline suffisamment abrupte pour que certaines rues s'achèvent en escalier. C'est un quartier récent, un peu à l'écart, à cause de la topographie des lieux. Ici, les rues rectilignes de Sunset n'ont guère cours. Au sud, Forest Hill appartenait au même ranch que Noe Valley, de l'autre côté de Twin Peaks : 1600 hectares au total, une paille !

22_ Sunset

Dominé par le mont Davidson, 280 mètres d'altitude et sommet le plus élevé de la ville, Sunset (Coucher de soleil), doit son nom à un promoteur : les visiteurs estivaux y trouvent à peu près toujours du brouillard et, de juillet à septembre, l'endroit est connu pour avoir le temps le plus exécrable de toute la région ! Matins et soirs y sont brumeux, et certains jours, le soleil n'y paraît pas du tout. Le district n'usurpe pourtant pas son nom : en dehors de la " belle " saison, les couchers de soleil peuvent y être magnifiques.

L'endroit ne fut longtemps qu'un vaste champ de dunes : dans la dernière décennie du XXme siècle, un réalisateur vint d'Hollywood pour y tourner des scènes de désert ! Les premiers habitants, logés par petits groupes de maisons dispersés, devaient lutter sans cesse contre le sable envahisseur. En 1897, la faculté de médecine s'installa au sud du Golden Gate Park : les étudiants vinrent habiter ici à bon marché. Les destructions du séisme de 1906 poussèrent d'autres gens vers ce quartier populaire. En 1918, l'ouverture du tunnel ferroviaire de Twin Peaks permit l'accès des transports en commun et réduisit le temps d'accès au centre-ville d'une vingtaine de minutes. Après la Seconde Guerre Mondiale, le bas taux du crédit favorisa de nouvelles implantations, bientôt suivies par l'arrivée de nouveaux immigrants asiatiques. Chinois, Coréens, Vietnamiens, Japonais et Canaques forment un tiers de la population de Sunset. Chaque été s'y déroule le Stern Grove Midsummer Music Festival . Récitals, opéras et musique symphonique sont gratuits : cela ne suffit pas à en faire un lieu touristique !

Au bord du Pacifique, quelques kilomètres au sud des zones habitées, Fort Funston, bâti pendant la Première Guerre Mondiale, agrandi pendant la Seconde, désaffecté en 1945, est géré par le Golden Gate National Recreation Area. Dunes et plages alentour sont une promenade d'autant plus appréciée que les chiens y sont admis. Falaises et forts courants ascendants attirent sur les lieux de nombreux amateurs d'aile volante.

Les géologues amateurs seront intéressés de savoir que, à quelque distance au sud, la faille de San Andreas quitte le continent au lieu dit Mussel Rock.

23_ Twin Peaks

25_ Bernal Heights

Même au coeur de l'été, San Francisco peut être fraîche, pour peu que le vent souffle en rafales. Bernal Heights, à l'est de la péninsule, a un climat moins embrumé que le reste de la ville, et les températures y sont plus hautes qu'en beaucoup d'autres endroits.

Un marché réservé aux producteurs, Farmers Market se tient, chaque samedi matin, à l'angle de Crescent Street et Alemany Boulevard. Le lendemain, les étals sont occupés par un marché aux puces.

Bernal Heights

Maisons (et fils électriques !) de Bernal Heights (09/04)

Partie d'un ancien ranch, Bernal Heights est un quartier résidentiel où vivent majoritairement des personnes aux revenus modestes et de jeunes cadres. Les vues sur la ville et la baie sont belles, et le quartier relativement tranquille.

26_ Hunter's Point

La pointe des chasseurs : au tout début de l'implantation américaine à Yerba Buena, vers 1840, on venait là, sûr d'en repartir avec un daim ou un cerf. C'est aujourd'hui un quartier résidentiel, agrémenté par la proximité de Bayview et Candlestick Parks, où la Nature a réussi à conserver quelques droits.

27_ Rincon Hill

Avant le comblement de l'anse de Yerba Buena et des marécages de Mission Bay, cette longue crête marquait la limite entre ces deux portions du littoral : village et Presidio étaient au nord, Mission Dolores au sud. Plus tard, des pêcheurs chinois construisirent leurs cabanes sur la rive de Mission Bay : ils amarraient leurs jonques à des jetées de bois, dressées au-dessus de la vase et de l'eau. C'est de Rincon Hill que l'Interstate 80 s'élance sur Bay Bridge, vers l'île de Yerba Buena.


COMMENT Y ALLER :

Accès depuis l'aéroport international le plus proche :

ORGANISER VOTRE VOYAGE :

FAIRE DES CADEAUX :


CARTES et GUIDES : cliquer ICI (ou cliquer sur un titre).

LIVRES : cliquer ICI (ou cliquer sur un titre).

FILMS : cliquer ICI (ou cliquer sur un titre).


[Haut de page]


Les cartes :

San Francisco :

Plan San Francisco

Californie :

Carte Californie

Carte du nord
et carte du sud

Carte Californie du Sud

Atlas des USA :

Atlas Michelin des USA

Carte des USA :

Carte des USA

Ouest des USA
et du Canada :

Carte de l ouest des USA et du Canada

Nord-est des USA
et du Canada :

Carte du nord-est des USA et du Canada

Sud-est des USA :

Carte du sud-est des USA

Bijoux Hopis
Bijoux Navajos
Bijoux Zunis