Universal, Warner, Paramount, Sony...

Visiter les studios !

Les studios sont rarement à Hollywood même : depuis longtemps, ils sont installés à Burbank, Culver City et même... Studio City ! Cinéma, musique, radio, télévision, ils sont plus nombreux qu'on ne le pense, mais peu ouvrent leurs portes au public.

disney warner universal chaplin paramount sony paramount ranch dreamworks carte des sudios d'hollywood


Disney :

A Burbank, Disney ne propose pas de visite, mais la célèbre signature au-dessus du portail et les sept nains sur la façade justifient un détour au 2400 West Alameda Avenue.

studios disney

Simplet soutient le chapiteau (02/03)

[Haut de page]


Sony (MGM) :

Les installations les plus étendues de Californie étaient celles de la Metro-Goldwyn-Mayer, à Culver City. En 1969, Kirk Kerkorian acheta la "Metro", mise en difficulté par la télévision. Pour la désendetter, il vendit les accessoires et les terrains où se trouvaient les décors extérieurs. Puis, la société passa de main en main. Sony acquit les studios en 1990, et le reste de la MGM en 2005. Le cinéma n'intéressait pas Kerkorian : la MGM s'était enrichie de la Columbia, TriStar et United Artists, mais avait quasiment cessé de produire. Time-Warner profita de ses difficultés pour lui racheter ses droits sur la majeure partie des films produits jusqu'en 1986. Cette année-là, le lion, emblème de la Metro-Goldwyn-Mayer depuis 1924, disparut de Culver City.

MGM Las Vegas   Sony

Leo rugit désormais à Las Vegas, devant le MGM Grand, l'un des hôtels-casinos de Kirk Kerkorian, également propriétaire du Bellagio, du Mandalay Bay, du New York-New York, de l'Excalibur, du Luxor, du Monte Carlo, du Mirage, sans compter quelques autres sur la Côte Est (09/98)


Sony Plaza : pour la visite, c'est ici ! (08/10)

Les quatre sociétés avaient un palmarès éblouissant : Sur les quais (9 Oscars), Autant en emporte le vent, 2001, Odyssée de l'Espace, Ben-Hur, Les révoltés du Bounty, Le Docteur Jivago, Le pont de la Rivière Kwai, Easy Rider, Tootsie, The Da Vinci Code, Tom & Jerry, Droopy, Ma Sorcière Bien-Aimée, joués par une magnifique pléiade de comédiens : Laurel & Hardy, Rita Hayworth, Jack Lemmon, Greta Garbo, Clark Gable, Charlton Heston, Fred Astaire, Joan Crawford, Olivia de Havilland, Maurice Chevalier, Jane et Peter Fonda, Dustin Hoffman, Audrey Tautou, Kevin Costner, Jean Reno...

Sony dépensa beaucoup d'argent pour réhabiliter, reconstruisit les décors d'une “Main Street”, mais l'organisation des visites est en retard sur celle des concurrents. En 2009, le prix bas, les groupes peu nombreux et quelques chances de croiser une star ne compensent pas le manque de décors extérieurs, ni l'obligation de marcher pendant deux heures. La réception est au Sony Pictures Plaza, Madison Avenue, Culver City.


Horaires, prix, détails, achat en ligne : http://www.sonypicturesstudiostours.com/

[Haut de page]


Warner :

Son nom évoque Looney Tunes et Merrie Melodies, Bunny, Daffy, Titi et Glos Minet, Coyote, Bip-Bip et les busards-dindons, prêts à tout pour manger... Mais un autre animal lança la société : c'était un chien français, ramené de la Première Guerre Mondiale par un soldat américain : Rintintin ! Malgré son succès, la société connut d'abord plus de bas que de hauts, jusqu'à ce que, première au monde, elle produise un film parlant du début à la fin.

L'année suivante, elle met sur le marché le premier long métrage tout en couleur : On with the show ! La Grande Dépression survient, mais la Warner obtient deux Oscars, pour L'Histoire de Louis Pasteur et La vie d'Emile Zola. Puis, ce sont La Grande Evasion, Le Faucon Maltais, Casablanca et Le trésor de la Sierra Madre, avec Humphrey Bogart. Désormais solide, l'entreprise va produire Un tramway nommé Désir, A l'est d'Eden et La fureur de vivre, La prisonnière du désert, My Fair Lady, Orange Mécanique, Qui a peur de Virginia Woolf ?, L'Inspecteur Harry et autres productions d'Eastwood, Jeremiah Johnson, Bonnie & Clyde, L'effaceur, Dommage Collateral, Les hommes du Président, Greystoke, JFK, Scooby-Doo, les séries des Batman, des Superman et des Harry Potter. Pour la télévision, elle signe Friends, Urgences et Smalville. Les noms de Ronald Reagan, Walter Brennan, Liz Taylor, Bette Davis, Edward G Robinson, James Cagney, Errol Flynn, Lauren Bacall, Paul Newman, Doris Day, Robert Redford, Barbara Streisand, John Wayne, Randolph Scott, Tex Avery, Friz Freleng, Leon Schlesinger, Val Kilmer, Arnold Schwarzenegger figurent sur ses affiches.

L'entrée, à Burbank, est à l'intersection de West Warner Boulevard et South Avon Street. Les enfants de moins de 8 ans ne sont pas admis. Mieux vaut réserver ou acheter ses tickets en ligne, mais on a quand même une chance si l'on ne vient pas trop nombreux, et qu'on attend :
http://www.ticketweb.com/snl/VenueListings.action?venueId=wbsf

Studios Warner Bros   Studios Warner Bros

A l'entrée, Daffy Duck et Bugs Bunny (05/07)

Une marque célèbre ! (05/07)

On voit d'abord un petit film, qui relate l'Histoire de la compagnie, ses longs métrages, les stars dont elle s'enorgueillit. L'une d'elles, deux fois gouverneur de Californie, n'y est pas oubliée ! Puis on s'installe dans un chariot motorisé dont les sièges limitent la taille du groupe. Le guide au volant, à deux ou trois dans la largeur, chacun est assuré d'une vue convenable. Ce n'est qu'en partie utile, car les caméras vidéo sont partout interdites, et les photos en de nombreux endroits.

Studios Warner Bros

Une voiturette et ses occupants traversent la rue, entre réception et studios (05/07)

Le Warner Bros Museum ouvrit en 1996. Le piano de "Casablanca", des lettres d'acteurs, quelques statues d'Oscar, une moto qu'utilisait James Dean en font l'intérêt, mais on y voit surtout des vêtements. A qui parle la robe de Scarlett O'Hara loin des pelouses de la plantation familiale ? Qu'évoquent les uniformes de Harry Potter et ses condisciples apprentis-sorciers, lorsque personne ne les anime ? Il est dommage de n'avoir pas recréé, avec des mannequins, des perruques, des photos... des ressemblances qui auraient rafraîchi les mémoires. Un guide propre au musée accompagne le groupe tout le temps qu'il y reste. Le nôtre est un retraité de la Compagnie, dont il connaît bien l'Histoire. Chaque fois qu'il prononce "million dollar", ou cite une émission connue, les jeunes Américaines renvoient un : "Wow" d'admiration !

Pour apprendre l'américain, cliquer sur la photo

La visite continue avec les ateliers où sont construits les décors, impressionnants par leur taille et leurs savoir-faire. Le magasin d'accessoires est décevant : vaisselle surannée, meubles sans allure qu'il faudrait réparer...

Studios Warner Bros Studios Warner Bros

Dans une halle, sont regroupés pour la photo : char antique, voitures et Batmobile, avec ses pneus à l'effigie de la chauve-souris (05/07)

Les plateaux souvent minuscules des séries télévisées sont côte à côte à l'intérieur de grands hangars : quelques mètres carrés pour enregistrer scène sur scène... On se dit que le métier d'acteur doit être bien monotone ! Les spectateurs, annonce le guide, sont bienvenus lors des tournages, depuis qu'il est interdit d'ajouter à la bande son des rires "en conserve".

Studios Warner Bros Studios Warner Bros

Buffy, Friends, Urgences... Légèrement modifié, recadré, le même décor peut apparaître dans un long métrage (05/07)

La Compagnie est l'un des deux studios de Los Angeles à conserver un nombre significatif de décors extérieurs permanents : films ou séries, une rue "de banlieue" et ses maisons, ont servi à plus de 40 tournages.

Studios Warner Bros

Une partie de cette rue ressemble à New York, l'autre à San Francisco (05/07)

Si l'on découvre une prise de vue, le guide prend soin de maintenir son groupe à distance suffisante pour ne pas la perturber, mais cela n'empêche pas de reconnaître parfois une personne célèbre : mieux vaut éviter le vendredi après-midi et tout le mois d'avril, sorte de relâche annuelle pour la production cinématographique.

Studios Warner Bros   Studios Warner Bros

Tuyaux, gicleurs, câbles pour soutenir l'ensemble et l'on fait pleuvoir à Los Angeles aussi bien qu'à Detroit (05/07)

Une ligne de métro aérien et sa station. Le cadrage doit souvent éviter les collines sèches de Californie (05/07)

Les visites se suivent et ne se ressemblent pas : ce qu'on verra, dans quel ordre, dépend des tournages en cours, des plateaux et laboratoires accessibles, des choix du guide. Bien formés, avenants, ceux-ci s'efforcent de procurer aux visiteurs un moment agréable et instructif.

Le tour "VIP" dure 2h15. Les vrais fans de cinéma s'offriront, s'ils le peuvent, la version "DELUXE" où, pendant 5 heures, outre la visite en petit comité, on peut discuter avec le personnel de production, puis dîner sur place, peut-être en compagnie d'acteurs et d'actrices. Le prix, lui aussi, est "DELUXE".


http://www2.warnerbros.com/vipstudiotour/

[Haut de page]


Paramount :

La Paramount est le plus ancien studio en activité à Hollywood. Beaucoup de ses films ont marqué leur époque : Le Mari de l'Indienne, tourné par Cecil B. De Mille en 1914, fut le premier long métrage réalisé en Californie. Deux ans plus tard, DeMille fondait la société avec Lasky, Hodkinson, Zukor, Goldfish et Abrams. Suivirent, dans le désordre : Les Dix Commandements, Star Trek, Love Story, Le Parrain, Les Aventuriers de l'Arche perdue et autres Indiana Jones, Le Flic de Beverly Hills, Forrest Gump, Vertigo, Règlement de comptes à OK Corral, Harold et Maude, Proposition indécente, Lara Croft : Tomb Raider, La Guerre des mondes, Mission : Impossible et Mannix. La liste de noms est presque celle des étoiles du Walk of Fame : Mary Pickford, Douglas Fairbanks, Rudolph Valentino, Cecil B DeMille, Marlene Dietrich, Gary Cooper, Claudette Colbert, les Marx Brothers, Carole Lombard, Bing Crosby, James Stewart, Harrison Ford, Yves Montand, Shirley MacLaine, Alfred Hitchcock, Dean Martin, Marcel Dalio, Jerry Lewis, Burt Lancaster, Kirk Douglas et, pour les dessins animés, Popeye !

Studios de la Paramount

L'entrée principale, au 5555 Melrose Avenue. Moins de 200 mètres à l'est, l'ancien portail est nommé Bronson Gate, non pour l'acteur mais pour une rue dont les installations ont pris la place (05/08)

Doté depuis peu de voiturettes, le "tour" que propose Paramount ressemble à celui de Warner mais, en guise de décors, n'offre qu'une rue de New York, témoin de nombreuses scènes des Incorruptibles : plateaux de tournage, accessoires, laboratoires où sont montés les films et créés les bruitages composent l'essentiel de la visite. Avec un peu de chance, on croisera un ou plusieurs artistes, peut-être déjà reconnus au Coffee Shop de l'entrée. Les groupes sont de petite taille, 8 à 10 personnes, et l'usage des appareils photos est soumis à restrictions. Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas admis.

Si l'on pouvait franchir le mur nord, on entrerait directement dans le cimetière originel de Hollywood, fondé en 1899. Longtemps nommé “Hollywood Memorial Park”, il fut rebaptisé "Hollywood Forever" en 1998. Victor Fleming, réalisateur de Autant en Emporte le Vent et Hattie McDaniel, la nourrice noire de Scarlett O'Hara, reposent ici, avec Rudolph Valentino, Douglas Fairbanks, Jesse Lasky et Cecil B DeMille. Mel Blanc, la voix de Daffy et Bugs Bunny, et Leon Schlesinger y sont enterrés, ainsi que Hannah et Charlie Chaplin Jr, mère et fils du comédien. Iron Eyes Cody, d'origine italienne mais spécialisé dans les rôles d'indien, y voisine avec un Sioux authentique, Luther Standing Bear, acteur et auteur de plusieurs livres. Tyrone Power, Ann Sheridan et Harvey Wilcox, le fondateur du village de Hollywood, sont ici. On s'attend moins à y trouver Bugsy Siegel et Joe Dassin. John Huston, le réalisateur des Désaxés, est là mais Marilyn Monroe est enterrée au Westwood Village Memorial Park Cemetery, proche de Beverly Hills, avec Walter Matthau, Jack Lemmon, Dean Martin, Natalie Wood, Burt Lancaster, Billy Wilder, Truman Capote, Frank Zappa et, plus proches de nous, Robert Stack et Farrah Fawcett. Elizabeth Montgomery, Janis Joplin et Gene Kelly y furent incinérés.


http://www.paramountstudios.com/

[Haut de page]


Paramount Ranch :

Cette annexe bucolique subsiste à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Hollywood. Sur plus de 1000 hectares, prairies, bois, ruisseaux, canyons permettaient de s'adapter à de nombreuses situations. Il y eut ici une réplique de San Francisco, des imitations de villes d'Europe et d'Asie, et un village western où l'on joua des scènes de Règlement de compte à OK Corral, Union Pacific, des Aventures de Tom Sawyer et même celles de Marco Polo ! Reprise par l'administration des Parcs Nationaux, reconstruite en 1984, la petite ville de l'Ouest se fait passer pour Colorado Springs dans Dr Quinn, femme médecin, servit pour Gunsmoke, et pour un épisode des Drôles de Dames. En 1989, Ringo Starr et Buck Owens y tournèrent le clip d'Act Naturally.

Paramount Ranch   Paramount Ranch

Endroit rêvé pour une embuscade (05/08)

Les montagnes de Californie s'associent bien à cette enseigne de "Mining Equipment", mais le Ranch sert pour des scenarii très différents (05/08)

Paramount Ranch

Ces chevaux sont là pour servir de monture aux cavaliers du voisinage (05/08)

L'accès au Paramount Ranch est gratuit. Il se peut qu'on arrive lors d'un tournage, d'une manifestation "western" avec musique et danse, ou pendant une fête privée : le village est à louer ! Si l'on vient de la côte, depuis la Highway 1 à Malibu, il faut prendre Kanan Dume Road, puis Kanan Road, rouler environ 11 miles, puis tourner à droite sur Cornel. Le ranch est à 3 kilomètres. Depuis Los Angeles, prendre l'US 101 jusqu'à la sortie vers Kanan Rd, au village d'Agoura Hills.


http://www.paramountstudios.com
http://www.nps.gov/samo/planyourvisit/paramountranch.htm

[Haut de page]


Universal :

Universal occupe une banlieue à lui seul ! Au fil des ans, un parc à thème s'est développé à côté des studios, séparés par un flanc de colline : la visite commence par une descente en lacet vers les bureaux et les halles où se dissimulent les plateaux de tournage.

Studios Universal   Studios Universal

Au premier plan, Universal. Au second plan, à droite de la tour, Warner Bros (05/08)

Décors permanents (05/08)

On roule en compagnie de 50 à 100 personnes, à bord d'un attelage de deux à quatre voitures dont la suspension, si elle permet la photo, n'autorise pas l'usage harmonieux d'une caméra. Ici, on peut photographier et filmer tant qu'on veut, mais les crânes des voisins s'ajoutent aux cahots pour perturber cassettes vidéos et photos. On ne descend jamais de voiture : les meilleures places sont à gauche, sauf pour les Dents de la Mer.

Studios Universal

Convoi des braves ? (05/08)

On est vite au milieu des décors. Les rues, bordées de bâtiments aux styles divers, sont vides, indifférentes au passage des voitures. Tout semble mort... Un peu d'eau suffit à tout changer !

Studios Universal   Studios Universal

Aucune porte ne s'ouvre, aucun rideau ne bouge (05/08)

Heureusement, Bernard Pivot n'est pas juge ! (09/83)

Lorsqu'un énorme requin blanc fait basculer le ponton d'Amityville sur lequel roule le petit train, lorsqu'un orage inonde une rue en pente, lors du passage de la Mer Rouge, la vie renaît dans les décors.

Studios Universal

Cette crue violente dévale la rue pour chaque train de visiteurs ! (05/08)

 

Studios Universal   Studios Universal

Pas la mer à boire ? Cecil B.DeMille tourna le passage de la Mer Rouge objectif sur le sol du bassin en train de se vider, puis surimposa les personnages sur ces images déroulées en arrière (09/83)

Cet animal sans vie surprend sans effrayer (05/08)

On entre dans le grandiose avec les débris fumants d'un Boeing 747 écrasé sur une banlieue ; lorsque, dans la semi obscurité, un quai bascule et une citerne s'enflamme ; lorsque, dans le couloir d'une pyramide, les murs semblent se rapprocher, alors que des gouttes d'eau simulent l'agression de scarabées sur la peau !

Studios Universal Studios Universal Studios Universal
L'entrée de Mummy Ride (05/08) Séisme en Californie : les voiturettes sont secouées aussi ! (05/08) On s'étonnera de trouver ici le décor de La Guerre des Mondes, un film de la Paramount : il faut bien s'entraider ! (05/08)

Jusqu'aux derniers jours de mai 2008, dans les rues noires de New York alertées par ses rugissements, on voyait soudain King Kong sortir de l'ombre ! Un incendie détruisit l'attraction le 1er juin.

Studios Universal

T'as d'beaux yeux, tu sais... (05/08)

Entraîné par la marche des voitures, on n'a guère le temps de penser à tout ce que ces décors représentent de travail, d'intelligence, d'astuce et d'argent ! Wisteria Lane, de Desperate Housewives, représente la télévision !

Quarante-cinq minutes après le départ, le train ramène ses passagers au sommet de la colline. Le conducteur a commenté chaque point d'intérêt. Mais, au plafond, des écrans diffusent son et images, et le charivari des jingles, des moteurs et des attractions ont souvent détourné l'attention de ses indications.

Universal propose une visite plus approfondie : pendant six heures que dure la "VIP Experience", on est "escorté" pour découvrir les plateaux, ateliers de production et labos, les décors et leur réalisation. L'offre inclut petit déjeuner et lunch de "gourmet" ; on est prioritaire aux attractions du parc à thème. Le prix du billet est proportionné à la prestation !

Le parc à thème ressemble à un village aux courtes rues bordées de magasins, de bars et de restaurants, dont chacune a pour décor un lieu ou une époque. On passe ainsi d'attraction en attraction.

Studios Universal

Bizarre, mais pas désagréable ! (05/08)

 

Studios Universal   Studios Universal

Pas content, le monsieur ! (05/08)

Le ciel semble s'harmoniser à cet affreux plastique ! (05/08)

Dans ce dédale, on ne remarque pas tout de suite les deux niveaux, séparés par plus de 50 mètres, que comble une série d'escalators.

Studios Universal   Studios Universal

En bas : un Musée Interactif des Effets Spéciaux, ..la Revanche de la Momie et...

Jurassic Park, The Ride . (05/08)

 

Studios Universal Studios Universal

Pour échapper à un tyrannosaure échappé de sa cage, la barque des visiteurs de Jurassic Park plonge dans le noir, et débouche à la lumière 26 mètres plus bas ! Les effets personnels abandonnés à la sortie du tunnel montrent que certains sourires doivent être un peu forcés (05/08)

Ce "tour", axé sur le spectacle plus que le cinéma, est le plus vivant, le plus industriel et le plus cher ! Intimité et authenticité de Warner Bros... Foule et spectacle de Universal Pictures... A chacun de décider !

Studios Universal   Studios Universal

Cascadeurs et feux d'artifice font de ce spectacle, inspiré d'un film de Kevin Costner, l'un des plus appréciés (05/08)

La visite bon-enfant d'autrefois s'intéressait au cinéma de plus près (09/83)

http://www.universalstudioshollywood.com/attractions/studio-tour/

http://www.universalstudioshollywood.com/tickets/vip-experience/

Universal city walk

Universal est l'un des plus anciens en Californie. Parmi ses films les plus récents : L'incroyable Hulk, Les Vacances de Mr Bean, King Kong, The Fast and The Furious, Gladiator... Parmi les plus célèbres : les Dents de la Mer, Les Oiseaux, Jurassic Park, E.T. Pour les films de l'Ouest : Winchester 73, Milagro, Taza, fils de Cochise, Rancho Bravo... Robert Redford, Johnny Depp, The Rock, Maureen O'Hara, Richard Harris, Tom Cruise, Tony Curtis, Cameron Diaz, Sigourney Weaver, Eddy Murphy, James Coburn, Meryl Streep, Alain Delon y ont joué. Martin Scorcese, Ridley Scott, Steven Spielberg, Anthony Mann, Sydney Pollack les ont mis en scène.

Le complexe augmente encore son pouvoir d'attraction avec une rue piétonnière bordée de magasins, de restaurants et de cinémas : dans une ville où l'on ne peut rien faire sans voiture, l'idée semble bonne ! Universal City Walk conduit du parc de stationnement au parc d'attraction, mais se suffit à elle-même : la souche du ticket de parking donne une remise au cinéma, et on peut dépenser ses dollars dans tous les commerces... Mais décor criard et sonorisation bruyante ne plairont pas à tous !

Universal city walk   Universal city walk

La sortie du parking à de quoi surprendre ! (05/07)

Peut-être a-t-on pensé que ces couleurs agressives inciteraient à se réfugier dans les magasins... 05/07)

 

Universal city walk   Universal city walk

L'association production-distribution fut longtemps interdite ! (05/07)

Que les capilliculteurs se rassurent, ce mannequin est dans un magasin de vêtements (05/07)

La rue, assez courte, conduit à une place avec un jet d'eau, de vrais arbres et quelques restaurants. Le City Walk semble s'achever ici, mais un passage conduit vers l'entrée des studios.

Universal city walk Universal city walk

Ce calme incite à faire une pause (05/07)

Autant ne pas donner l'adresse : tout, ici, commence par... U ! Il faut prendre l'US 101, puis la sortie 11 si l'on vient de l'ouest, 11B si l'on vient de l'est.

[Haut de page]


Chaplin :

Des empreintes des stars devant le Chinese Theater à l'intersection de La Brea Avenue et Sunset Boulevard, il y a moins de 800 mètres. Cent-trente mètres au sud, sur La Brea, l'entrée des anciens studios de Charlie Chaplin s'ouvre entre de petites maisons, certaines aux murs de brique, d'autres crépies de blanc, parfois ornées d'un faux colombage. Chaplin tourna ici ses films les plus célèbres : La Ruée vers l'Or, Les Lumières de la Ville, Le Dictateur...

Chaplin, de nationalité anglaise, rentrait d'une tournée de promotion en Europe, lorsqu'à New York, il découvrit que son visa était annulé : McCarthy pensait qu'il était communiste ! Chaplin vendit : CBS tourna ici sa série Perry Mason ; en 1985, A&M Records y enregistra "We are the world". L'actuel propriétaire, Jim Henson, est producteur du Muppet Show : au-dessus de l'entrée, vêtue du costume sombre de Charlot, une statue de Kermit à la peau verte lève son melon en l'honneur des passants ! Aucune visite n'est organisée, et il faut se contenter d'un coup d'oeil depuis la rue.

chaplin chaplin

Curieux mélange, où symbole de continuité ? The show must go on ! (08/10)

[Haut de page]


Dreamworks :

En principe, ça ne se visite pas. C'est un déplacement professionnel qui nous a permis d'y entrer.

Fondé en octobre 1994 par Steven Spielberg, Jeffrey Katzenberg et David Geffen pour y produire de l'animation numérique, de la musique et du multimédia, le studio fut racheté par Paramount en 2005. Depuis 2008, il a retrouvé son indépendance artistique et financière et s'est recentré sur la création de films d'animation numérique.

Parmi ses productions, on peut citer Fourmiz, Gladiator, Shrek, Gang de requins, Shrek 2, Madagascar, Madagascar 2 et tous les films de Spielberg depuis Amistad (Il faut sauver le soldat Ryan, A.I. intelligence artificielle, Le Terminal, La Guerre des mondes, Munich).

On le trouve au fond d'une zone industrielle construite sur le terrain d'un ancien aéroport (Grand Central Airport) qui aurait pu devenir l'aéroport international de Los Angeles mais fut fermé en 1959 après que le choix des autorités se soit porté sur LAX.

Malgré cet emplacement excentré, le studio a de prestigieux voisins dans le domaine du spectacle et des loisirs :

Dreamworks Dreamworks

Un petit air de campus universitaire américain (01/06)

Extérieurement, peu de choses le distingue des établissements industriels qui l'entourent et il faut passer le poste de garde pour se rendre compte qu'on n'est pas dans une usine. Tous les bâtiments donnent sur un jardin paysager dont le coeur est un bar restaurant gratuit ouvert 24h/24 auquel sont accolées des salles de détente et de repos.

On est frappé par la jeunesse du personnel au look "d'ados attardés" qui laisse à penser que travailler ici ne doit pas être trop désagréable...

Dans les salles de travail où phosphorent les virtuoses de l'informatique dédiée à la créativité, les murs tapissés d'esquisses et de story boards faits à la main rappellent qu'avant de mettre tout ça en musique dans l'ordinateur, il faut que de talentueux dessinateurs fixent sur de l'authentique papier ce qui a surgi de l'imagination du scénariste et du réalisateur.

http://www.dreamworksanimation.com/

[Haut de page]


Glossaire :


COMMENT Y ALLER :

Accès depuis l'aéroport international le plus proche :

Accès depuis l'aéroport régional le plus proche :

ORGANISER VOTRE VOYAGE :

FAIRE DES CADEAUX :


CARTES et GUIDES : cliquer ICI (ou cliquer sur un titre).

LIVRES : cliquer ICI (ou cliquer sur un titre).


[Haut de page]


Les cartes :

Californie :

Carte Californie

Carte du nord
et carte du sud

Carte Californie du Sud

Atlas des USA :

Atlas Michelin des USA

Carte des USA :

Carte des USA

Ouest des USA
et du Canada :

Carte de l ouest des USA et du Canada

Nord-est des USA
et du Canada :

Carte du nord-est des USA et du Canada

Sud-est des USA :

Carte du sud-est des USA

Bijoux Hopis
Bijoux Navajos
Bijoux Zunis